Tome 4 – Harry Potter et La Coupe de Feu

Alors qu’il passait un horrible été chez les Dursley, Harry reçoit une lettre de Ron qui l’invite à venir voir la Coupe du Monde de Quidditch. Les Dursley finissent par accepter que Harry s’en aille, grâce aux ruses de celui-ci… Après quelques jours chez les Weasley (où il remarque que Fred et George Weasley conçoivent des farces et attrapes), Harry découvre le plus grand stade de Quidditch qu’il n’a jamais vu. Il fait la connaissance de Barty Croupton et de Ludo Verpey, les principaux organisateurs de la Coupe du Monde, qui travaillent au Ministère de la Magie. Le grand jour arrive enfin. Harry assiste au match Bulgarie/Irlande et voit le fameux joueur Bulgare Viktor Krum, un jeune-homme mince, au teint sombre et cireux. Seulement voilà, les ennuis commencent déjà car pendant la nuit de la Coupe du Monde, quelqu’un fait apparaître la Marque des Ténèbres, marque attribuée à Voldemort. La cicatrice de Harry lui fait de nouveau mal, il fait des rêves dans lesquels il voit Voldemort et Queudver (Peter Pettigrow). Harry, qui correspond régulièrement avec Sirius Black, l’informe de ces phénomènes étranges et la réponse de Sirius ne le rassure pas vraiment : faire très attention et l’informer de nouveau à chaque fois que quelque chose d’inhabituel se produit.

Les vacances se terminent et Harry apprend que le Tournoi des Trois Sorciers va avoir lieu. Il s’agit d’un tournoi d’épreuves magiques (appelées « tâches ») entre les trois grandes écoles de Sorcellerie du monde : Poudlard, Beauxbâtons et Durmstrang. Chaque école a son « champion » (âgé de 17 ans ou plus) pour la représenter. Les élèves de Beauxbâtons et Durmstrang qui ont 17 ans ou plus arrivent à Poudlard où doivent se dérouler les trois tâches du Tournoi. Chaque candidat au Tournoi doit déposer son nom dans la Coupe de Feu qui désignera les champions… Seulement voilà, le jour du choix des trois champions, la Coupe de Feu ne choisit pas trois, mais quatre champions (!) : Fleur Delacour pour Beauxbâtons, Viktor Krum (élève à Durmstrang) pour l’école du même nom… Et deux champions pour Poudlard : Cédric Diggory et HARRY POTTER !!! Harry n’ayant pas déposé son nom dans la Coupe, quelqu’un est donc parvenu à mettre son nom dans celle-ci malgré les protections de Dumbledore.

En attendant la première tâche, la vie à Poudlard va son train. Il n’y a plus de matchs de Quidditch à cause du Tournoi des Trois Sorciers. Harry se fâche avec Ron. En effet, ce dernier ne supporte plus qu’on s’interesse à Harry et jamais à lui… Heureusement, Harry et Ron se réconcilient bientôt. Hermione apprend que des Elfes de Maison préparent les repas à Poudlard sans être payés (sauf Dobby). Elle crée la S.A.L.E (Société d’Aide à la Libération des Elfes) qui a pour but de faire en sorte que les Elfes de Maison soient payés. Sauf que la plupart des Elfes ne veulent pas l’être et considèreraient cela comme une humiliation. Harry, Ron et Hermione font la connaissance du professeur Maugrey Fol Oeil, de son oeil magique et de sa jambe de bois, qui donne les cours de défense contre les forces du mal. Apparition de la journaliste Rita Skeeter qui écrit des articles bidons sur Harry ou encore Hagrid, qui sèment la discorde entre les gens. On apprend que Hagrid et Madame Maxime, directice de Beauxbâtons, sont des demis-géants.

La première tâche demande bien du courrage à Harry qui doit affronter un dragon. Pour la deuxième tâche, Harry doit résoudre une énigme et sauver Ron des eaux. Pendant tout ce temps, on remarque la disparition de Barty Croupton, qui était également l’un des juges du Tournoi…

Puis vient le jour de la Troisième tâche. Harry et Cedric Diggory, qui ont le plus grand nombre de points, pénètrent en premier dans un labyrinthe où se trouvent différents obstacles : épouvantards, scroutts à Pétard géants, sphinx, araignées géantes… Harry et Cédric apperçoivent le Trophée du Tournoi en même temps et décident de gagner le tournoi ensemble en saisissant en même temps le Trophée. Manque de chance, celui-ci est en réalité un Portoloin, qui transporte Harry et Cédric loin de la protection de Dumbledore, devant… Voldemort et Queudver ! Là, Cédric est tué par un des sortilèges impardonnables, le puissant Avada Kedavra. Harry assiste à la renaissance de Voldemort. Celui-ci appelle à lui les Mangemorts (ses partisans, ses fidèles)… Parmi eux, on compte Lucius Malefoy (le père de Drago) ou encore Crabbe ou Goyle. Voldemort leur explique que si Harry Potter a réussi à le vaincre plusieurs fois juste ici, ce n’était que grâce à la chance et à Dumbledore. Voldemort, qui compte bien reprendre le pouvoir, veut tuer Harry avant toutes choses, de ses propres mains. Voldemort et Harry se battent alors en duel. Mais leur baguette magique étant faites avec une plume du même Phénix, un étrange phénomène se produit. Harry voit certaines personnes tuées par Voldemort qui « sortent » de la baguette de celui-ci sous forme d’ombre. Il voit notamment ses parents qui lui expliquent comment s’en sortir. Harry revient alors, avec le corps de Cédric, à Poudlard. Mais tout n’est pas terminé…

Arrivé à Poudlard, Maugrey emmène Harry dans son bureau et a une attitude étrange. Harry raconte toute l’histoire à Maugrey. Il lui révèle entre autre que Voldemort a un complice (un Mangemort) à Poudlard. Et là, coup de théâtre, Maugrey apprend à Harry que c’est LUI le Mangemort. Harry n’en revient pas. Comment Maugrey est-il un mangemort alors que c’était le plus grand Auror (chasseur de Mangemorts) de tout les temps ? En réalité, Maugrey n’est pas Maugrey mais Barty Croupton. Non pas le Barty Croupton du Ministère mais son fils qui porte le même nom ! Compliqué tout cela… Toujours est-il que Maugrey/Barty veut tuer Harry. Heureusement, celui-ci est sauvé par Dumbledore. Barty Croupton est soumis au sérum de vérité. Il révèle qu’il a réussi à s’échaper d’Azkaban où il était enfermé (puisque c’est un Mangemort), qu’il a bu du Polynectar pour prendre l’apparence de Maugrey toute l’année, qu’il a tué son père (ce qui explique sa disparition)… Mais où est donc le vrai Maugrey ? Il est dans une malle, et dans un sale état ! Il sera bien vite « délivré ».